• LE SABRE DU MAL

    LE SABRE DU MAL

    Synopsis : Japon 1860. Les samouraïs savent que leur caste va bientôt disparaître. Certains, comme Shimada, se concentrent sur l'enseignement de la "voie du sabre". D'autres intriguent entre partisans de l'Empereur et nostalgiques du Shogun. Les autres se replient sur eux-mêmes, refusant la réalité, et se réfugient dans l'ultra-violence, le nihilisme absolu. C'est le cas du maître dévoyé Ryunosuke Tsukue. Sa botte secrète, la garde "Silence et Regard calme" le transforme en sabreur invincible.

    Avis : En 1966, le cinéaste talentueux Kihachi Okamoto, s'attaque à l'adaptation de la célèbre trilogie, "Le passage du Grand Bouddha". Adaptation du classique de l’écrivain, Kaizan Nakazato. Il fait appel au scénariste de "Harakiri" et "Les Sept samouraïs", Shinobu Hashimoto. Il offre le premier rôle au charismatique, Tatsuya Nakadai! Qui se glisse à merveille dans ce rôle de Ryunosuke Tsukue! Une sorte d'homme qui ne fait aucune différence entre le bien et le mal!. Nakadai est extraordinaire dans sa composition! Incarnant un être glacial, très calme, reflétant l'image des grands maîtres de la méditation. Une métaphore d'un lac qui ne bouge pas, puis se transformant en une terrible tempête au moment opportun! Un regard si noir, si vide, démuni de toute compassion! Parvenant à atteindre ses buts les plus obscurs! Face à ce personnage si sombre, il fallait un adversaire à la hauteur! Et c'est le fabuleux et immense acteur Toshiro Mifune, qui interprète le rôle de Toranosuke Shimada. Un grand maître avec une sagesse acérée! Les aphorismes de Hashimoto, tranchent dans le vif lorsque Shimada les emploie! En touchant même le pathologique Ryunosuke en pleine âme! D'autres personnages viendront compléter ce récit, qui ressemble étrangement aux "Misérables". En ce qui concerne les combats, le cinéaste n'a pas hésité à nous offrir du pur chanbara, avec près de trente minutes d'affrontements! Les scènes sont extraordinaires et on assiste à une dextérité, et un savoir-faire des deux protagonistes! Shimada combattant lorsqu'il n'a plus le choix, et Ryunosuke adorant défier la mort à chaque instant! Le final est vraiment démoniaque et en plus immoral! Okamoto dépeint sa version dans une perspective plus dramatique, dévastatrice! Jouant davantage sur le côté sombre de Ryunosuke, en parvenant à exploiter la psychologie du personnage, en semant un doute constant! Bref, un chef-d’œuvre superbe aux dimensions psychologiques, exposant la complexité de la nature humaine dans ce qu'elle a de plus énigmatique!


  • Commentaires

    1
    Clara123
    Lundi 13 Janvier 2014 à 09:53

    Cette sombre et dramatique histoire a la dimension d'un mythe. Elle nous montre l'âme du Japon des Samourais. J'adore ce film psychologique, qui témoigne d'une attitude particulière face à la vie et à la mort. Merci DrCut pour pour ton partage.

    2
    Lundi 13 Janvier 2014 à 19:02

    Joliment dit Clara! Je partage ton point de vue.

    Effectivement, ce film est très psychologique.

    Je t'en prie, c'est un plaisir.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :